Musiques et danses traditionnelles en Massif Central
Actualité et projets

Films de collectes sur la bourrée

jeudi 25 septembre 2014

Danser à moindre bal

Jean-Claude Trauchessec, 67 ans, attaché au folklore et affectionnant plus particulièrement la bourrée, fréquente les thés dansants et autres bals depuis des années. Depuis quatre ans, il fait partager sa passion de la danse en animant bénévolement des ateliers… lire la suite...

vendredi 5 septembre 2014

Jean-Claude Valéry

Longtemps agriculteur en Corrèze, Jean-Claude Valéry pratique avec passion les danses folkloriques, tout d’abord au Foyer Culturel de Vigeois puis au sein de multiples groupes et associations en Limousin. "Né dedans " depuis son plus jeune âge, Jean-Claude s’est approprié les danses traditionnelles et tout particulièrement la bourrée. S’il n’a pas beaucoup collecté de danseurs de tradition, il s’attache depuis près de 50 ans à recueillir et à transmettre avec passion les différentes formes de danses (...) lire la suite...

mardi 2 septembre 2014

« Borrèias gavòtas » : Segonda partida : dançar, chantar, joglar

Lo CIRDÒC-Mediatèca occitana a confié à Lisandre Varenne, dans le cadre du programme "Patrimoine Oral du Massif Central", la réalisation de deux documentaires consacrés à la pratique de la bourrée. Professeur d’occitan, Lissandre Varenne a entrepris, depuis les années 2000, un vaste travail de collectage filmé de la mémoire orale de l’Occitanie orientale, des Alpes aux Cévennes.
 lire la suite...

mardi 2 septembre 2014

« Borrèias Gavòtas » - Primièra partida : presentacion

Lo CIRDÒC-Mediatèca occitana a confié à Lisandre Varenne, dans le cadre du programme "Patrimoine Oral du Massif Central", la réalisation de deux documentaires consacrés à la pratique de la bourrée. Professeur d’occitan, Lissandre Varenne a entrepris, depuis les années 2000, un vaste travail de collectage filmé de la mémoire orale de l’Occitanie orientale, des Alpes aux Cévennes.
 lire la suite...

jeudi 28 août 2014

Henri Roche

Après avoir joué dans des bals clandestins, parcouru avec sa bicyclette un petit pays entre Corrèze et Dordogne pour aller jouer du musette dans les noces et les bals d’après guerre, Henri a remisé son gros Maugein et est "monté à Paris". Ce n’est finalement qu’à son retour au pays pour sa retraite qu’il a repris l’accordéon, d’abord au sein de la troupe du Foyer Culturel à Perpezac le Blanc puis comme invité dans de nombreux groupes folkloriques du bas pays. Il s’est fait construire tout récemment par (...) lire la suite...